Historique du MEJ au niveau Mondial

En 1844, en France des jeunes jésuites en formation s’impatientent de voir leur études se terminer pour pouvoir, enfin, se lancer dans la vie apostolique. Dans une conférence, leur Père spirituel leur montre qu’ils peuvent déjà avoir une efficacité apostolique s’ils prient et offrent leur vie d’études aux intentions de l’Eglise. C’est le début de l’Apostolat de la prière, qui insistait sur la valeur de la prière apostolique en invitant des personnes à sortir de cercle étroit de leurs préoccupations personnelles afin d’élargir leur prière aux dimensions des grands problèmes de l’Eglise et du monde.

 

 

 

 

Cette nouvelle œuvre connut immédiatement une extraordinaire diffusion dans le monde entier. Les enfants se joignirent également à ce grand élan de prière et on les appela « Croisés ». En 1916, on parla pour la première fois de la « Croisade eucharistique des jeunes » dont la célèbre devise était : « Prie, communie, sacrifie-toi, sois apôtre ».

 

 

 

 

En 1962, lors du Concile Vatican II, le SAINT pape Jean XXIII accueillant les Croisés venus en pèlerinage à Rome, s’adressa à eux par ces mots : « Vous les jeunes du mouvement eucharistique… ».Dès lors, on décida d’abandonner le nom de « Croisade eucharistique des jeunes », pour celui de « Mouvement Eucharistique des Jeunes ». Cette nouvelle appellation donna une impulsion toute nouvelle au Mouvement qui s’ouvrit davantage au monde actuel et à ses exigences. Le mouvement s’est mieux situé au sein du peuple de Dieu : la responsabilité des laïcs s’est renforcée, et la collaboration entre prêtres, religieux et laïcs s’est nettement développée. La pédagogie du MEJ s’enrichit également : attention à la vie, relecture du vécu, camps, activités et expressions diverses. Les branches changèrent de nom : les Croisillons, Croisés, Chevaliers et Messagères devinrent les Jeunes Témoins du Christ (J.T.C), et pour les plus petits : Les Feu nouveau et, pour une courte période, les équipes Grandir. Plus tard, les JTC se diversifièrent en deux sections : Les JT (Jeunes Témoins, 11-13 ans) et les TA (Témoins ainés devenus ensuite Témoins d’Aujourd’hui, 13-15 ans). Parallèlement, le mouvement s’ouvrit aux jeunes du cycle secondaire : alors qu’avant, les équipes MEJ s’arrêtaient au niveau de la classe de troisième, à partir de 1974 les Equipes Espérances (ES) furent fondées pour les 15-17 ans, et l'Equipe Apostolique EA pour la section des 17-19 ans. Et bien sur, toujours et encore les Feu Nouveau (9-11 ans) familièrement appelés FNOU… en Septembre 2004 : C’est une rentrée pas comme les autres… Le MEJ élargit ses tranches d’âge de 7 à 21 ans au lieu de 9 à 19 ans.

 

 

La « Prière du MEJ » est composée en 1965 par le Père Jean Latapie. En 1971, le MEJ passe sous la responsabilité directe des évêques de France, après avoir été sous celle de la Compagnie de Jésus, qui garde toujours un vif intérêt pour le mouvement. A partir de 1974, le MEJ accueille également des lycéens. En 1990, lors des Assises à Laval, toutes les bases pédagogiques du MEJ sont ré-exprimées en fonction du monde dans lequel vivent les jeunes. En 2002, le MEJ entame un grand travail pédagogique pour adapter ses branches et suivre au plus près le point où en sont les jeunes aujourd’hui. Il existe dans 45 pays à travers le monde.

 

Aujourd'hui, on trouve le MEJ dans 50 pays de tous les continents:

Afrique: Égypte, Angola, Bénin, Burkina Faso, République Démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Gabon, Île Maurice, Madagascar, Mali, Mozambique, Népal, Seychelles, Togo, Cameroun, Kenya, Tchad, Rwanda, Tanzanie, Burundi.

Asie: Inde, Liban, Nepal, Philippines, Taïwan, Vietnam, China (Hong Kong).

Amérique: Argentine, Brésil, Canada, Chili, États-Unis, Haïti, Mexique, Panama, Paraguay, République Dominicaine, Uruguay, Pérou, Colombie, Equateur.

Europe: Albanie, Belgique, Biélorussie, France, Italie, Luxembourg, Pologne, Espagne

Océanie: Australie, Nouvelle-Calédonie, Tahiti.

 

MEJLIBAN © All Rights Reserved